PUBLICITE
France Suisse Romande Suisse Allemande Suisse Italienne Brésil Portugal Espagne Italie
Devenir membre | S'identifier:
Creapharma sur TwitterSignaler une erreur Imprimer

Mélilot

mélilotNoms
Nom français : Mélilot, mélilot officinale
Nom binomial : Melilotus officinalis
Nom anglais : sweet clover
Nom allemand : Honigklee
Nom italien : meliloto

 

Famille
Fabaceae

Effets
Antiphlogistique
, antioedémateux, diurétique

Indications 
Jambes lourdes, insuffisance veineuse, hémorroïdes, contusions

Constituants
Coumarines, flavonoïdes

Parties utilisées
Feuilles et tiges 

Effets secondaires
Rare : mal de tête

Contre-indications
Aucune connue (à notre avis)

Interactions
Aucune connue (à notre avis) 

Préparations à base de mélilot

- Gélule de mélilot

- Tisane de mélilot (infusion de mélilot)

Où pousse le mélilot ?
Le mélilot pousse en Europe.

Remarques intéressantes
- Il s'agit d'une plante médicinale intéressante à utiliser lors d'insuffisance veineuse chronique ou de jambes lourdes. A utiliser de préférence sous forme de tisane, infusion veinotonique.

- Le mélilot est à l'origine de la découverte des anticoagulants (coumarine et dérivés comme le dicoumarol).

Question au pharmacien (Van)

Q. "J'ai des plantes que j'ai fait macérer dans de l'eau de vie et que j'utilise en friction contre les bleus (quand je me donne un coup). Est-ce que quelqu'un connaît ce remède qui est très efficace ? On m'a dit que c'était des fleurs de mélilot jaune, mais je ne suis pas sûre et la personne qui me l'a donné est décédée. Merci pour vos réponses ou vos avis !!!"

R. Le mélilot est en effet une plante utilisée lors de contusions et d’hématomes (bleus). C’est une plante très répandue en Europe, en Asie du sud-ouest et aussi en Amérique du nord.

Comme vous le décrivez bien, le mélilot a des fleurs jaunes. Pour être plus précise, c’est une plante de la famille des fabacées, son nom latin est Melilotus officinalis Pallas. Pouvant atteindre 30 à 150cm, ses feuilles sont trilobées (comme le trèfle) et ses fruits sont des gousses.

De par ses principaux constituants, les coumarines et les flavonoïdes, on peut expliquer ses propriétés médicinales, ainsi que ses effets secondaires et ses interactions avec d’autres médicaments, d’où les précautions nécessaires lorsque l’on utilise cette plante en automédication.

Ses indications thérapeutiques sont les suivantes :

En usage externe :

- Lors de contusions, de foulures, de bleus (hématomes)

- Pour accélérer la cicatrisation des plaies

En usage interne :

- Contre les troubles veineux (lourdeurs, démangeaisons, oedèmes)

Le mélilot peut provoquer des céphalées, des troubles gastro-intestinaux et rarement des troubles du foie.

Son usage doit être évité chez les personnes qui prennent déjà des remèdes pour fluidifier le sang (anticoagulants), car les coumarines contenues dans le mélilot peuvent renforcer cet effet et provoquer des hémorragies.

Contre les bleus, il existe des préparations homéopathiques à base d’arnica qui sont très efficaces et dénuées d’effets secondaires.

Question posée par Gilbert - Vous aussi posez vos questions sur Creapharma

Q. "J'ai fait une phlébite avec embolie pulmonaire il y a 10 ans et en février de cette année. J'ai fait une phlébite dans la jambe droite et je suis sous sintrom depuis. Mon cardiologue me conseille de prendre sintrom à vie alors que tous mes bilans (protéines S c et c°) sont normaux. Ses craintes, c'est que je risque une 3ème récidive, mais pas forcément aux jambes, donc pas facile à déceler. Je privilégie de prendre des plantes fluidifiantes mais pas ce traitement contraignant. Que pourrais-je prendre ?"

R. Comme vous le savez déjà, l’embolie pulmonaire est souvent causée par une thrombose veineuse profonde, dans 70% des cas. Vous avez déjà eu deux phlébites. Et vous l’avez bien compris, il est nécessaire que vous preniez un traitement fluidifiant.

Vous préférez prendre des plantes fluidifiantes et il en existe effectivement. Le mélilot en est un exemple. Cette approche est intéressante, si ce n’est le fait qu’il n’existe aucun moyen de suivre l’évolution de la coagulation comme on peut le faire avec le sintrom. Ainsi, contrairement au traitement sous sintrom, on ne pourra pas savoir si on diminue effectivement le risque de formation d’un éventuel caillot sanguin, ni s’il y aura un risque d’hémorragie.

Avec le sintrom, on cherche à atteindre un certain taux d’INR (International Normalized Ratio), afin d’éviter les thromboses veineuses profondes et les embolies pulmonaires. Ce taux doit être situé entre 2 et 3. L’INR est un ratio comparant le temps de Quick du patient et un temps de Quick témoin. [ABC des examens biologiques, N. Kubab et S. Alajati-Kubab, Editions le Moniteur].

Ainsi, le traitement sous sintrom, bien que contraignant, reste une alternative bien monitorée, standardisée chez les personnes à risque, comme c’est votre cas.

Je vous conseille donc de suivre les recommandations actuelles de votre médecin. Avec l’avancée de la médecine, je suis sûre que votre médecin pourra vous trouver plus tard, une alternative plus souple. Soyez donc patiente et confiante.

Question posée par Rachida - Vous aussi posez vos questions sur Creapharma

Newsletter spéciale sur les traitements naturels
- Venez échanger et parler de la phytothérapie sur notre forum
- Consultez d'autres plantes médicinales sur Creapharma.fr !
 


Détails de rédaction: cet article a été modifié le 18.05.2014.
Contrôle qualité
Dernière mise à jour:
18.05.2014

Révision médicale de la page:
Mise en page (design, photos, animations):


Correction de syntaxe, orthographe et grammaire:


Quickinfos top

Thèmes



Inscription newsletter


BMI

NEWS

Infarctus du myocarde chez la femme, 5 informations essentielles à connaître

Creapharma résume pour vous 5 informations essentielles pour mieux identifier et prévenir cette maladie

Une carence en vitamine D associée à la maladie d'Alzheimer (étude)

Une nouvelle étude vient de montrer qu'une carence est associée à une augmentation du risque démence

_________________________

Facebook

   




   

Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter !   

quicksite Powered by quicksite v 4.7.5 © 2002-2014 All rights reserved     © Creapharma.fr


Dernière mise à jour du site: 21.08.2014