PUBLICITE
France Suisse Romande Suisse Allemande Suisse Italienne Brésil Portugal Espagne Italie
Devenir membre | S'identifier:
Creapharma sur TwitterSignaler une erreur Imprimer

Crainte et angoisse lors d'une opération des hémorroïdes

Messages 1 - 4 sur 4 message(s) trouvé(s)
image :
PascalTalon Message répondu par un(e) pharmacien(ne) Message répondu par un médecin
Posté le 22.02.2009 à 14:12
Bonjour à tous,



Je dois me faire opérer des hémorroïdes mais j’appréhende énormément cette opération.

Depuis que j’ai subit une opération du poignet droit en 2006 (rupture des ligaments scaphoïdaire) entrainant une perte de mobilité très importante du poignet, je redoute toute nouvelle opération.

Le chirurgien avait oublié de planifier l’ablation des broches et au lieu d’être immobilisé 6 semaines, j’ai conservé mon plâtre 2 mois entrainant une rigidité excessive (malgré 60 séances de rééducation).

Malgré son erreur, le chirurgien m’a dit qu’il fallait que j’assume cette rigidité.

Je suis suivi depuis plus de 5 ans par mon gastroentérologue.

Je pense que mon état psychologique est un élément déclencheur car à chaque fois que je rencontre des difficultés personnelles cela provoquent des problèmes gastriques (constipation, ballonnements, douleur hémorroïdaire).

Au début, il m’a prescrit un traitement local à base de suppositoires ou crème Titanoreine, de suppositoires Proctolog ou Cirkan que je ne supportais pas, Ginkor Fort et Hirucrème.

Puis il a pratiqué plusieurs injections sclérosantes qui au début étaient efficaces et qui maintenant aggravent les symptômes (constipation, douleur persistante, thrombose, etc.).

Plus récemment, j’ai fait plusieurs thromboses externes nécessitant la prise de Biprofenid et l’application de pommade Diprolène (parfois une incision très douloureuse).

Aujourd’hui, il envisage une opération mais il ne sait pas laquelle serait la plus efficace sur du long terme.

A sa demande, j’ai consulté un chirurgien spécialisé dans les opérations viscérales (Clinique Claude Bernard à Ermont Eaubonne dans le 95) et après avoir effectué un toucher rectal (pas de contrôle visuel via un anuscope), il m’a annoncé qu’il n’y avait pas d’urgence (Hémorroïdes stade II).

Après lui avoir dit que je souffrais pratiquement tous les jours et après lui avoir expliqué ma situation actuelle (recherche d’emploi, état psychologique) il a choisi une opération de type Longo prétextant que cette opération était la moins douloureuse et n’entrainait pas obligatoirement d’arrêt de travail.

Puis il m’a dit que si cette opération n’était pas efficace, il pouvait envisager une opération de type Milligan Morgan.

D’après lui, pour une opération Longo, on entre le vendredi matin et on ressort le soir (on peut reprendre le travail le lundi).

Pour une Milligan Morgan, il faut compter 2 jours d’hospitalisation et 15 jours d’arrêt.

Sur les Forums, j’ai pu lire qu’une Longo nécessitait 1 à 2 jours d’hospitalisation (1 à 2 semaines d’arrêt) et qu’une Milligan Morgan entrainait 4 à 7 jours d’hospitalisation (4 à 6 semaines d’arrêt).

Je trouve cette réponse très surprenante car après avoir consulté différents Forums, l’opération de Longo n’est pas indiquée lors de thromboses (hémorroïdes stade IV).

D’ailleurs avec cette technique, il y aurait 3 fois plus de récidive sur 1 an.

Par contre, les suites opératoires d’une opération Milligan Morgan sont très importantes ainsi que les risques de complications (douleurs, blocage urinaire, problème de cicatrisation, rétrécissement anal, saignement) me font très peur.

Pourquoi doit-on laisser les plaies ouvertes ?

J’ai lu qu’il existe plusieurs variantes mais peu pratiquées en France.

Technique de Parks (plaies semi-ouvertes) et technique de Ferguson (plaies complètement suturées).

Aujourd’hui je ne sais pas si je pourrais supporter les douleurs et les complications éventuelles d’une Milligan Morgan et je me pose certaines questions sur les résultats d’une Longo.

Je supporte de moins en moins cette gène permanente ainsi que les traitements journaliers (suppositoires, crème, prise d’anti-inflammatoire).

Je dois revoir le chirurgien le 26 février (il n’a pas souhaité me parler au téléphone m’obligeant à payer une nouvelle fois une consultation à 70€) pour fixer une date.

Je suis au chômage et bientôt en fin de droits.

N’ayant pas de mutuelle, je ne sais pas combien me coûtera cette opération.

J’aimerais avoir des conseils de personnes qui ont subi ce genre d’opération.

En ce qui concerne les traitements locaux, le Daflon moins cher que le Ginkort Fort est-il plus efficace, existent-ils des anti-inflammatoires locaux ou des décongestionnants sous forme de crème ou suppositoires ?

Vous pouvez m’écrire à cette adresse ([email]talon.pascal@yahoo.fr[/email]).

Merci d’avance.

image :
Nuage Message répondu par un(e) pharmacien(ne) Message répondu par un médecin
Posté le 18.03.2009 à 17:01
Bonjour PascalTalon,

Avez-vous pris une décision concernant votre opération des hémorroïdes? Selon votre témoignage, je comprends très bien votre peur. Les erreurs sont le lot des humains, mais en même temps, il faut savoir assumer ses erreurs. Ce que votre médecin n'a pas fait.

Si jamais, ma tante s'est faite opérée des hémorroïdes il y a de cela 20 ans, et cela s'est très bien passé.

Je vous recommande de ne pas faire l'opération avec le même médecin qui a déjà raté son opération la première fois.

Bonne soirée

nuage

image :
ROUSSOS19 Message répondu par un(e) pharmacien(ne) Message répondu par un médecin
Posté le 02.08.2009 à 22:27
L INTERVENTION CHIRURGICALE EST DECONSEILLEE CAR IL Y A TOUJOURS DES RECIDIVE IL FAUT MIEUX TRAITER PAR LA MEDECINE TRADITIONELLE

image :
vanille358 Message répondu par un(e) pharmacien(ne) Message répondu par un médecin
Posté le 07.08.2009 à 16:46
Bonjour Roussos,

Je viens d'une famille où il y a déjà eu des problèmes d'hémorroides. J'en ai jamais eu encore, mais préfère prévenir. Si jamais ça devait m'arriver, que me conseillez-vous de traditionnel ?



Lire les 3 dernières discussions de ce forum

Dernier message

voir aussi

Quickinfos top

Thèmes



Inscription newsletter


BMI

NEWS

Fièvre jaune : la prévention demeure la première barrière

Véritable fléau qui a tué environ 30 000 personnes dans le monde dans les années 1990 selon les statistiques de l’Organisation mondiale...

Le paracétamol, pas plus efficace qu’un placebo contre les lombalgies aiguës

SYDNEY - Le paracétamol, avec ses noms de marque (Doliprane, Tylenol, Dafalgan, Panadol) et génériques, est clairement...

_________________________

Facebook

   




   

Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter !   

quicksite Powered by quicksite v 4.7.5 © 2002-2014 All rights reserved     © Creapharma.fr


Dernière mise à jour du site: 31.07.2014